Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

samedi 29 avril 2017

La Fonderie De Bretagne - Caudan



Syndicat CGT Renault La Fonderie De Bretagne - Caudan

ZI de Kerpont
56850 Caudan

Secrétaire CGT du syndicat : Maël LEGOFF

Tél : 02 97 87 47 50

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

t
 

LA FONDERIE DE BRETAGNE

Le gros investissement de l’année 2010 a été le remplacement de la sablerie. Trois millions de travaux effectués cet été. 4,8 millions d’euros ont été consacrés à la modernisation de la fonderie de Bretagne à Caudan. Hervé Wibaux, le directeur, espère maintenant retrouver la santé économique.

Quels sont les gros investissements réalisés dans l’usine ?

Lors de la reprise en septembre 2009, Renault s’était engagé sur 4,5 millions d’euros en 2010. Nous en sommes à 4,8 millions. Le plus gros chantier a été le changement de la sablerie, qui datait des années 1970. Sa mise en place s’est déroulée cet été pour un montant de 3 millions d’euros. C’est la pièce maîtresse pour la ligne de production principale. Ces deux derniers mois ont été consacrés à sa mise au point. Les résultats sont bons et la montée en puissance est satisfaisante. L’étanchéité de 600 m2 de toit a été réalisée. 600 autres m2 ont été carrément refaits. On peut aussi évoquer l’installation de la gestion automatisée de la coulée de métal, sur la deuxième ligne.

Les aides des collectivités et de l’État ont-elles suivi ?

Nous avons rencontré leurs représentants le 7 octobre. Ils ont pu constater que les engagements avaient été tenus, en terme d’investissement. L’État a versé sa quote-part (400 000 €). La Région, le Département et Cap l’Orient vont suivre pour les 800 000 € restants. Cela a été acté. Notre plan d’investissement en 2011 sera prêt d’ici la fin de l’année. L’engagement est de 35 millions d’euros d’ici 2 015.

filiales-fonderie-de-bretagne

La fonderie a de nouveau été certifiée Iso ?

Le gros investissement de l’année 2010 a été le remplacement de la sablerie. Trois millions de travaux effectués cet été.

Oui, c’est une vraie satisfaction. L’iso 14 001 valide le respect de la fonderie pour l’environnement. Le bilan effectué nous a rassurés. Nous sommes également certifiés (IsoTS) pour la qualité de nos produits, ce qui est un atout majeur vis-à-vis de nos clients.

La propriété du site en revanche est toujours en suspens ?

Oui. Le dossier est dans les mains des responsables du groupe à Paris. Le bail ne court que jusqu’en août 2011. Des études sont en cours. C’est aujourd’hui tout ce que je peux dire. Mais à ceux qui s’inquiètent je répondrais que ce n’est pas parce qu’on n’a pas encore la réponse que c’est un drame.

Malgré tous ces efforts, la fonderie est déficitaire.

Pour la première année, nous estimions nos pertes à 7 millions. Elles sont de 8 millions. La hausse du prix des matières premières nous a coûté un million d’euros. Nous savions, en reprenant la fonderie, qu’il y aurait un gros travail de relance. Nous y travaillons tous. Nous fabriquons à 60 % des pièces pour Renault. Depuis un an, nous avons récupéré huit nouvelles pièces du constructeur. Nous sommes sur la mise au point de neuf nouveaux produits. 30 000 tonnes sont sorties de la fonderie en 2010. Nous tablons sur une hausse de 3 200 tonnes en 2011.

PSA s’est désengagé ?

Lors de la reprise, il s’était engagé sur 4 500 tonnes pour descendre progressivement. Le groupe a décidé de faire fabriquer son vilebrequin 522 dans sa fonderie de Charleville-Mézières qui était en sous-charge. Cette année, PSA a pesé 5 000 tonnes. Il sera à 2000 tonnes en 2011.

Allez-vous embaucher ?

Nous avons une quarantaine de compétences à renouveler. Je ne parle pas d’embauches, mais de pistes de mobilité au sein de Renault. Une dizaine de personnes arriveront ici début 2011. Les autres sont à trouver, toutes compétences confondues. En matière sociale, je tiens aussi à rappeler la réévalution progressive des situations individuelles, la politique de formation quatre fois supérieure depuis la reprise. Mais je dois aussi pointer les 80 heures d’arrêt de la production, ces dernières semaines, pour des mouvements de grève. C’est beaucoup pour une usine qui ne fait que redémarrer.

Source : Ouest-France – Recueilli parFrançoise ROSS

 

Qui est en ligne

Nous avons 117 invités et aucun membre en ligne

 

Dernière mise à jour des actualités

- lundi 27 mars 2017 à 14:21 -

 

Votre adresse IP : 54.81.208.173

ENTRER EN CONTACT

CGT Renault
119 rue du point du jour
92100 - Boulogne-Billancourt

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Skype: cgt_renault_rueil

 

Cliquez pour vous y rendre

 

samedi 29 avril - 11 H 14 Min

PHOTOS - MANIFESTATIONS

Faire défiler vers le haut de la page